Escapade en Angola

Je suis Mvemba Cunga Jonathan, fils de Raoûl Mvemba Matondo et d’Isabelle Cunga Bençao. Je suis né en 2000, le 16 avril, à Luanda en Angola. Je vais vous parler de ma vie, de mon histoire.

Mon grand-père paternel, José Raoûl Mvemba était fils d’un chef en Angola, dans le territoire de Zaïre, Province de Mbanza-Kongo, à San Salvadore. Mon grand-père fit ses études au Congo Belge et obtint son diplôme. Il décida de s’installer au Congo pour poursuivre ses études universitaires à Kisantu.

Il épousa sa première femme du nom de Gracia. Il eut deux enfants, Philippe et Makiese. Quand il arrive à Kinshasa (Léopoldville), il travaille dans une entreprise de construction. D’après ce que m’a dit grand-mère, il était brillant et c’est pour cela qu’il est vite nommé conducteur des travaux. Mon grand-père a eu vingt-quatre enfants avec six femmes différentes.

Ma grand-mère se nomme Germaine Shemisi Betutua Nzako. Elle est née à Inongo, village des ancêtres Bongobele dans la province du Bandundu, le 06 juin 1948. Elle est fille d’un menuisier. Son père fut arrêté pour avoir fabriqué un pousse-pousse avec le bois de son patron belge. Elle fait ses études primaires au Bandundu, et secondaire à Kinshasa. Elle se marie en 1965 et est mère de cinq enfants. Son premier enfant, c’est mon père. Cela fait douze ans qu’elle s’occupe de moi. Elle m’a toujours assisté. Elle aime beaucoup faire le ménage : je n’ai jamais vu une aussi bonne ménagère ! Ma grand-mère est une femme forte, sage, courageuse, chrétienne, charitable. Elle est pleine d’amour.

A l’époque de Mobutu, pendant la guerre de 80 jours, tous les hommes d’affaires angolais furent arrêtés et mis en prison. Mon grand-père aussi fut du nombre. Grand-mère dût s’occuper de tous les vingt-quatre enfants de mon grand-père. Après cette période, plus précisément en 1985, le 30 juin, grand-père mourut.

Mon grand-père maternel, comme je l’ai déjà dit, répond au nom de Joâo Cunga Bençâo. Il est né à Moxico en Angola. A seize ans, il commence le travail comme ouvrier dans un champ de café. Il était le seul de son village à savoir parler et lire le portugais. Il partit pour Luanda en 1954 où il se maria et eut treize enfants avec une seule femme. Ma mère est son cinquième enfant. Ma mère est donc angolaise. Je la vois pendant les grandes vacances, soit trois mois, quand je rentre en Angola. Elle est comptable et se débrouille aussi bien en Angola. Elle est forte et s’occupe bien de moi.

Mon père se nomme Raoûl Mvemba Matondo. Fils de José Raoül Mvemba et de Germaine Shemisi Nzako, il est né le 05 août 1996 à Kinshasa. Il fit ses études primaires et secondaires à l’école Massamba. Ses études universitaires, il les fit à l’Université Kimbanguiste, ce qui m’étonne puisqu’il est chrétien et choisit d’étudier à cette Université.

A vingt-cinq ans, il va en Angola pour chercher du travail et ses origines. Il rencontre sa famille paternelle et fait la connaissance de ma mère. Ils se marient et ils ont cinq enfants. Mon père est bon travailleur. Il se débrouille bien comme gérant de Socofires en Angola. C’est un homme calme, plein de passion, de bonté, de générosité. Il est tout ce qu’un homme doit être et il possède tout ce qu’il faut pour un
homme. Il vit souvent en Angola, avec ma mère. Ils sont précisément à Luanda depuis 1993…

 

MVEMBA CUNGA Jonathan
2ème secondaire


Ceci est un extrait ;  vous pouvez télécharger le texte intégral en cliquant ici.